Sélectionner une page

Ma vision pour la justice, dès aujourd’hui

En tant qu’avocate, j’œuvre chaque jour pour une justice vraiment juste ! L’avocat a un rôle essentiel dans la société.

Pour la justice comme vecteur d’équilibre social

En effet, j’ai cette vision d’une justice qui tient un rôle fondamental dans une société équilibrée. La justice sociale, ancrée dans le quotidien des citoyens.

Un cadre et des règles servant de repères, et non de contraintes. Un cadre facilitant les relations humaines, au lieu de les complexifier. Un cadre accessible et compréhensible. L’adage « Nul n’est censé ignorer la loi » est un tout simplement un mythe à l’heure actuelle. Un mythe générateur de beaucoup de frustrations. La loi doit être simplifiée et allégée. Elle doit redevenir un cadre flexible, comme imaginé par les fondateurs du code civil. Également, la justice doit être inclusive, et ne laisser personne en marge.

Dans ce système, nous, avocats, aux côtés des magistrats, sommes aussi les gardiens des libertés fondamentales et des principes constitutifs de la démocratie. Nous devons incarner pleinement le pouvoir judiciaire, indépendant, fort, et au service de la société.

Informer avec mon podcast

C’est dans cet état esprit que j’ai créé le Podcast BaMama Split, afin de rendre le droit de la famille accessible aux parents. Dans les relations intrafamiliales, le moindre conflit risque de déborder et de prendre une ampleur que la justice telle qu’elle est rendue aujourd’hui aura peine à solutionner. La première étape vers une meilleure prise en compte des besoins, sans laisser personne en périphérie, est donc d’informer sur les droits, les mécanismes en jeu, et permettre à chacun de se responsabiliser.

Décrypter et vulgariser le droit

C’est aussi pour cela que je décrypte régulièrement des lois nouvelles, ou même anciennes. Je vois souvent des interprétations erronées. J’ai donc a cœur de vulgariser le droit, et de divulguer des informations véridiques, servant de socle de prise de décision.

Rendre l’avocat accessible

J’ai lancé des consultations juridiques en droit de la famille à prix libre. Mon objectif est là encore de rendre le recours à l’avocat accessible, et de ne laisser personne de côté !

Défendre les libertés fondamentales

Je prends également position sur les réseaux sociaux lorsque les circonstances me l’imposent. J’endosse cette responsabilité de dire haut et fort lorsqu’une loi me semble liberticide ; lorsque les libertés individuelles sont en jeu ; lorsque les citoyens se trouvent privés de leur libre-arbitre.

Pour des solutions négociées et non imposées

J’ai cette vision d’une justice collaborative, où chaque personne, pleinement dotée de son libre-arbitre et de sa souveraineté, se responsabilise. La justice peut être rendue dans un système collaboratif, où chaque protagoniste est écouté, respecté, et dont l’objectif principal sera de trouver une solution négociée. Il est vital d’insérer de la circularité, là où aujourd’hui la justice est rendue par le juge du haut de son piédestal, formant un triangle avec les justiciables. L’avocat doit alors avoir un rôle d’accompagnant, pour guider le justiciable et lui permettre de prendre des décisions éclairées.

Faire connaître le droit collaboratif

Cette vision d’accompagnement, je l’ai pressenti. Et j’ai pu véritablement la mettre en place suite à la formation que j’ai reçu en droit collaboratif. Le processus collaboratif devrait être généralisé à tout type de procédure, quelle que soit la matière traitée, et le type de litige. Car il s’agit de s’écouter, dans sa réalité. D’être également à l’écoute de ses besoins fondamentaux. Puis seulement de trouver des solutions dans un système gagnant-gagnant.

Je souhaite que le processus collaboratif devienne la norme, et le recours au juge un dernier recours. Revenir à un rôle régalien, centré sur le pénal et les cas « graves » nécessitant l’intervention de l’État.

Innover pour mieux accompagner mes client.e.s

C’est ainsi que j’ai créé un accompagnement unique en France : Coparentalité Collaborative. En adaptant le processus collaboratif à un travail entre une personne et son avocat, je permets à des mamans et des papas de reprendre en main leur coparentalité. Afin que la relation s’améliore, en ayant parfaitement connaissances de leurs droits. L’objectif étant d’aboutir à un accord amiable. La saisine du juge sera un dernier recours. Le parent que j’accompagne ressort de cet accompagnement avec toutes les clés pour préserver l’intérêt de son ou ses enfants.

Pour une justice qui répare les injustices

J’ai aussi cette vision d’une justice réparative et non punitive.

A mon sens, la justice est bien trop tournée vers la recherche de la culpabilité. Au détriment des victimes, qui doivent entrer dans un chemin de reconstruction. Or la justice a toute sa place pour accompagner les victimes et leur offrir réparation.

Au détriment également des relations, qui doivent être préservées. Une relation de coparentalité est irréversible. Tenter de la réparer avant tout fait sens. L’avocat a tout son rôle pour accompagner vers la réparation des relations.

La réparation commence par reconnaître la qualité de victime, mais aussi d’offrir les moyens de sortir de ce statut, pour aller de l’avant ,et tirer une expérience positive de ce qui a été vécu.

S’engager pour réparer les relations

C’est ainsi que je m’engage aux côtés des personnes qui ont besoin d’un accompagnement particulier. Et puisque, du fait de mon expérience personnelle, je connais le parcours du combattant des parents solos, je m’engage depuis un moment aux côtés des mamans vivant ou ayant vécu une séparation. Mon accompagnement Coparentalité Collaborative s’inscrit pleinement dans cette démarche !

Créer des espaces de parole

Avec Alexandrine Barba, conseillère conjugale et familiale, nous mettons à place à partir d’octobre un cercle de paroles des mamans solos. Il s’agira d’un accompagnement sur 8 mois, à raison d’une soirée par mois, réservé à 8 mamans. La parole est libératrice. C’est la première étape pour se reconstruire et se projeter sur un avenir plus radieux.

Intervenir auprès des mamans solos

Pour cette rentrée, je réitère également mon engagement auprès de la communauté Mama Bears. J’interviens dans le cadre d’ateliers en ligne, sur des thématiques particulières aux mamans solos, à coût réduit. Cela permet à toutes d’obtenir des informations fiables et de qualité. La première étape pour reprendre sa souveraineté et tenter de se réparer et/ou de réparer une relation.

Pour une véritable coopération entre les acteurs de la justice

J’ai enfin cette vision d’une justice coopérante. Des acteurs au service de la justice et des citoyens. Le spectacle d’une compétition malsaine entre ses acteurs me laisse perplexe. Le système fonctionne de travers, avec peu de moyens. L’aide juridictionnelle est octroyée au détriment du travail effectués par les avocats, et in fine au détriment de l’intérêt des justiciables. L’ensemble des acteurs doivent repenser leurs rôles.

J’agis pour une justice dont les acteurs se sentent reconnus, à leur juste valeur. Pour des auxiliaires de justice bien dans leurs bottes, dotés d’un sens de l’équilibre pour la société mais aussi pour eux-mêmes. Pour des professionnels formés afin de rétablir le dialogue, réparer les injustices, et se concentrer sur l’essentiel : rendre la justice. Car si la justice est rendue par des personnes affectées d’un profond mal-être, de quelle qualité peut-elle être ? La justice d’aujourd’hui est le reflet d’une société en perte de sens et de conscience…

Mettre les avocates en réseau

C’est ainsi que j’ai créé en 2020 un réseau national d’avocates : 1900 avocates. Ce réseau a pour vocation d’échanger sur les problématiques spécifiques aux femmes dans la profession ; de se former pour monter en compétences ensemble ; de co-créer des projets innovants, allant dans le sens de plus de justice sociale. Il est indéniable que le patriarcat a laissé sa trace sur le fonctionnement actuel de la justice. Réfléchir entre femmes à améliorer les choses est porteur de multiples solutions. C’est un terreau fertile, qui laissera place à l’avocat.e de demain !

Instaurer une véritable coopération entre les acteurs du droit et du chiffre

Dans ce cadre, j’ai rencontré de merveilleuses avocates, et notamment ma consœur Christine Méjean. Cette dernière m’a invité à participer à la construction d’un projet d’envergure, afin d’instaurer une véritable coopération entre les acteurs du droit et du chiffre, au service de leurs clients et de leur propre développement : Abyl Coop va voir le jour prochainement. J’ai hâte de vous faire découvrir un mode d’exercice novateur, pleinement ancré dans le changement et ma vision pour la justice, dès aujourd’hui !

Accompagner les avocat.e.s de demain

C’est pourquoi je souhaite continuer à inspirer, et accompagner les avocats et avocates de demain. Ceux qui incarneront pleinement leur vision de la justice. Qui souhaitent exercer un métier à leur image, vibrant et pleinement ancré dans la société. Un mentorat, tirant profit de mes apprentissages. A très vite pour la suite de mes aventures entrepreneuriales, pleinement ancrée dans une vision humaine de la justice !